L’incubateur de projets

Il est vrai que, du fait de la fuite des cerveaux, l’Afrique perd ses meilleurs ingénieurs, techniciens, juristes, médecins, professeurs, chercheurs, scientifiques, artistes, écrivains, etc., qui quittent leurs pays pour l’Europe et l’Amérique du Nord. Mais essayons de nous focaliser sur l’aspect positif de ce phénomène. Bien qu’ayant physiquement quitté le pays natal et le continent, la diaspora a maintenu un lien fort avec l’Afrique à travers divers mécanismes. De manière générale, les experts mettent en évidence trois grands secteurs dans lesquels s’opère l’interaction diaspora-pays d’origine:

1) le secteur du développement local et durable;

2) le secteur des affaires et de l’agrobusiness ;

3) le secteur de la formation, de la science et de la technologie.

Ce qui fait que la diaspora se pose comme une importante pourvoyeuse de fonds. Selon la Banque mondiale, près de 120 millions d’Africains ont reçu 60 milliards $US en 2014. Des fonds qui, selon L’Agence d’information d’Afrique centrale (ADIAC), financent « la consommation à 54,60%, l’investissement immobilier 15,8%, d’autres investissements 5,5%, la santé 3,4%, l’éducation 6,4% et autres 8,7% ». Notons que les sommes ainsi transférées sont supérieures à l’aide publique au développement qui, elle, s’élève à 56 milliards $US et aux investissements directs étrangers qui affichent le même montant au cours de la même période. Avec ces fonds, les Africains de la diaspora s’investissent dans le développement humain. Ils servent à résoudre divers problèmes d’ordre social, notamment la santé, le logement, la scolarité, aidant ainsi à améliorer les conditions de vie des populations. • Diaspo4Dev constate qu’il y a encore une large marge de manœuvre, et que «si l’Afrique exploitait les moyens financiers et humains de sa diaspora, elle pourrait trouver ses propres solutions à ses problèmes de développement et compenser ainsi l’amenuisement des ressources de l’aide qu’elle reçoit des pays du Nord et du commerce avec eux ». Pour que l’apport de la diaspora puisse contribuer efficacement au développement de l’Afrique, il est urgent que des mesures soient prises pour permettre de capter leurs financements. La DIASPORA doit être intégrée dans les stratégies de développement. Les gouvernants africains doivent s’informer davantage sur les membres de leur diaspora et créer des liens plus solides avec eux afin de mettre en place des politiques plus cohérentes pour susciter leur intérêt. Diaspo4Dev Consulting c’est résolument engagé dans une démarche dynamique de facilitation et d’incitation de la diaspora Africaine de part le monde à investir en Afrique via nos incubateurs, le projets installés dans divers pays africains. Via nos incubateurs, les projets et business de la diaspora sont sécurisés avec un taux de réussite très élévé à travers nos dispositifs de coaching et des suivis rapprochés.